Épisode 1 – Interview avec Andrew Williams

Andrew Williams est un permaculteur autodidacte d’origine anglaise, installé dans le Limousin. Certains auditeurs le connaitront certainement grâce à sa chaine Youtube, ou l’on peut-être rencontré en personne dans une formation en permaculture qu’il animait.

Il m’a fait l’honneur d’accepter avec enthousiasme d’être l’invité de ce premier épisode de podcast.

Nous discutons de son parcours, qui l’a amené à découvrir la permaculture, dont il appliquait déjà de nombreux principes avant même de lire une définition du terme. Nous discutons aussi des avantages de l’autonomie alimentaire, notamment dans la qualité inégalable des produits récoltés. Pour finir nous évoquons brièvement ses futurs projets.

Dans cet épisode, nous parlons de la viabilité de petites exploitations utilisant des méthodes permacoles. Nous évoquons aussi la diversification des sources de revenus. Nous parlons également de la qualité inégalable de la nourriture auto-produite, viande ou légumes, par rapport aux produits qu’on peut acheter dans la grande distribution  ou même dans des boutiques bio.

Si vous vous demandiez encore si ça vaut le coup de produire une partie de votre alimentation, j’espère que cet épisode vous encouragera à le faire.

Si vous vous demandez si on peut vivre de la permaculture, j’espère aussi que l’épisode vous apportera des éléments de réponse encourageants.

Quelques liens en relation avec cet épisode :

Crédits musique : Formidable Vegetable Sound System , album : Permaculture – A Rhymer’s Manual, titre du morceau : Yield. License CC-BY-NC-SA.

 

5 réponses sur “Épisode 1 – Interview avec Andrew Williams”

  1. Bonjour, tout d’abord bravo pour ce podcast c’est trèsintéressant.
    Juste une question lors de l ‘interview vous parlez de l’ortie comme substrat pour les champignons.
    Auriez vous plus d’infos sur le sujet .

    1. Bonjour et merci pour ce commentaire. Je vois souvent des gens parler de leur culture de mycélium sur substrat d’ortie, sur le groupe Facebook “le champignon jardinier, culture en intérieur et en extérieurde mycélium”. Je pense que c’est surtout une question d’abondance de la ressource, pour des gens qui n’ont pas accès facilement à de la paille ou du marc de café. Ou peut-être que l’ortie est vraiment favorable aux champignons, je ne suis pas sûr.

  2. Bonjour Pierre, je viens de découvrir tes permapodcasts à la suite de l’épisode 14 avec Pierre 1911, c’est vraiment cool.
    Tu sembles à l’aise avec l’anglais du coup je me permet de te suggérer un livre: “Permaculture Pioneers, stories from the new frontier” 2011, Melliodora publishing. Cet ouvrage est un contenu de positif, un peu dense mais vraiment je le recommande à tous ceux qui s’intéresse profondément à la permaculture, ce que ces gens ont fait est font pour la permaculture est juste incroyable! Ici en Australie j’ai accès à beaucoup de livre sur la permaculture grâce aux bibliothèques publique et c’est une mine d’or pour moi! Bonne continuation, je vais continuer d’écouter tes podcasts, je serai de retour en France l’an prochain avec mon projet de permaculture en Touraine! 🙂

    1. Bonjour Martine. Merci pour la recommandation de lecture, je vais voir si c’est possible de trouver une copie. C’est clair que lire et écouter l’anglais donne accès à une énorme quantité de contenu supplémentaire, dans le domaine de la permaculture. L’idée du podcast m’est venue après quelques mois à écouter “Permaculture Voices podcast” et “The survival podcast”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.